Geneviève RB & Alain Barbeau : deux artistes, un univers

Geneviève RB & Alain Barbeau

Le mois dernier, j’ai eu le plaisir de voir pour la première fois le duo Geneviève RB & Alain Barbeau sur scène. J’ai été captivé immédiatement par les chansons du duo et de cette complicité qu’ils ont en spectacle, mariant merveilleusement la guitare, le piano et les voix. Depuis, j’écoute en boucle l’album On est les deux. Je tenais absolument à poser quelques questions à ces deux artistes de la région de la capitale nationale.

Quand avez-vous débuter votre carrière dans le domaine de la chanson?

Geneviève : Ma mère donnait des cours de violon à la maison quand j’étais petite et m’a acheté mon premier violon à l’âge de 3 ans. Ce fut mon premier contact avec un instrument de musique. Sinon, je chante depuis que j’ai appris à parler et, très jeune, j’ai compris par moi-même comment faire des harmonies, avant même de savoir ce que le mot voulait dire. Quand je suis entrée au primaire, j’étais en concentration musique. On avait 7h de musique par semaine (chorale, violon, flûte, piano, percussions). Ensuite, au secondaire, j’ai appris saxophone alto, clarinette, clarinette basse, trompette et flûte traversière. C’est à cette époque que j’ai commencé à écrire mes premières chansons et à me présenter seule sur scène en m’accompagnant au piano. J’ai été lauréate de tous les concours auxquels j’ai participé à l’époque. Ça m’a donné confiance et ça m’a motivé. Je suis ensuite allée étudier en théâtre musical et puis à l’École nationale de la chanson.

Alain : Le premier spectacle que j’ai fait de ma vie, c’était au primaire, à l’École du Dôme au cirque Cirqu’art. C’est vraiment là que j’ai eu la piqure de la scène. J’étais clown dans le spectacle, mais je chantais aussi la chanson Alegria. Ensuite, j’ai participé aux concours qui s’offraient à moi au secondaire et c’est là que j’ai commencé à faire mes premières compositions. Ça m’a ensuite amené à aller à l’École Nationale de la Chanson.

Pourquoi avoir choisi de chanter en français?

G : La réponse est assez simple ; c’est parce que c’est la langue avec laquelle je m’exprime. Je n’ai pas choisi de chanter en français, ça allait de soi. J’ai toujours beaucoup aimé ma langue, au point de vouloir même m’empêcher d’aimer les autres. Je ne suis pas très bonne en anglais. C’est un défaut que je me suis un peu choisi quand j’étais jeune. Je m’en veux maintenant de ne pas avoir eu d’intérêt plus tôt pour l’anglais.

A : Tout simplement parce que c’est ma langue maternelle.

Comment décrivez-vous votre musique?

C’est du folk pop, guitare-piano-deux-voix. C’est de la musique originale. On est deux auteurs-compositeurs-interprètes qui collaborent avec amour.

Qu’est-ce qui vous inspire pour écrire vos chansons?

Nos émotions, nos souvenirs, nos instruments. On sent souvent la nostalgie à travers nos chansons, on aime bien retourner en arrière, faire revivre en chanson certaines choses, certains moments ou même certaines personnes.

Êtes-vous toujours en duo ou à l’occasion avec d’autres musiciens?

Jusqu’à maintenant, le duo a toujours été duo. Sur l’album, on a eu des musiciens invités, mais en spectacle, c’est deux personnes qu’on retrouvent sur scène.

Et qu’est-ce qui a inspiré Entre les murs du temps?

G : C’était à l’époque où j’étudiais à l’École nationale. Alain habitait avec moi à Granby, mais a été en tournée avec Stef Paquette presque toute l’année. On ne se voyait pas beaucoup, on s’ennuyait souvent. C’est la distance et la maison, vide de Alain, qui a inspiré la chanson.

Qu’est-ce que vous écoutez comme musique en ce moment?

Aujourd’hui même, on vient d’acheter des nouveaux albums et on s’est trouvé une raison de faire un roadtrip pour les écouter dans l’auto. On a écouté les nouveaux albums de Philippe Brach, Charlotte Cardin, Jean-Marc Couture et Pierre Lapointe. Sinon, dans l’auto, y a tout le temps du Daniel Bélanger, Fred Pellerin, Patrice Michaud, Klô Pelgag, John Mayer, Bon Iver, Nicolas Pellerin et les grands hurleurs et beaucoup trop d’autres albums qui traînent. Y a toujours une boîte de carton pleine dans le coffre.

Quels sont vos projets dans les prochains mois?

On vient tout juste de lancer un nouveau single ; On ne se connaît pas, écrit en collaboration avec Nelson Minville et réalisé par Carl Bastien (Daniel Bélanger, Dumas, Damien Robitaille). On est dans la programmation de la salle Odyssée à Gatineau le 6 décembre avec notre spectacle On est les deux. On est nominés au Gala des culturiades pour le prix Relève. On sera ensuite en tournée au Nouveau-Brunswick. Bien sûr, on est aussi en création, en écriture de chansons pour un futur EP ou album… À suivre !

Vous pouvez suivre le duo sur le web, Facebook et Instagram.

Une réflexion sur “Geneviève RB & Alain Barbeau : deux artistes, un univers

  1. Ping : Geneviève RB & Alain Barbeau à la Salle Odyssée – FrancoMusique

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s