Le Festival Franco-Ontarien en personne

Hier soir, nous avons assisté à la deuxième soirée du Festival Franco-Ontarien. Sur scène, trois Franco-Ontariens qui offrent toujours un bon spectacle : Joly, Céleste Lévis et Mélissa Ouimet. Comme artistes invités du Québec, on a pu voir Isabelle Boulay, Paul Daraîche et le groupe Mountain Daisies.

Cette année à cause de la pandémie, le festival a repoussé son rendez-vous de juin pour le 25 septembre. C’était une première pour l’événement de se tenir le Jour des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Au lieu des trois jours habituels, deux soirées étaient à l’horaire pour cette 45e édition.

Si vous êtes des habitués du festival, cette année tout a été revu à cause des mesures sanitaires. Seulement 100 personnes pouvaient assister au spectacle sur place, toutes assises à une table et deux chaises. Personne ne pouvait bouger et certaines personnes venaient pour nous servir les commandes de nourriture ou de boissons. Le reste des gens qui voulaient assister au spectacle devaient s’acheter un billet pour le regarder en ligne. Autre changement important, alors que le festival présentait habituellement plusieurs artistes un à la suite de l’autre pendant plusieurs heures, les deux soirées se sont déroulées en l’espace de 90 minutes. 

Véronique Soucy, qui a fait les messages d’ouverture et de clôture de la soirée a rappelé aux gens que le Festival Franco-Ontarien aura été le seul événement de ce genre à avoir eu lieu depuis le début de la crise au mois de mars à Ottawa. Pour notre part, nous étions contents de finalement pouvoir voir un spectacle en personne. Il y a quelques mois, nous sommes allés voir un spectacle dans un ciné-parc, mais l’expérience n’était pas la même assis au loin dans une voiture. Hier soir, on a pu voir les expressions des visages d’un peu plus près, entendre la musique en avant de nous et non dans une radio, et sans buée dans la vitre d’auto.

Joly, Céleste Lévis et Mélissa Ouimet

Les trois artistes ne font plus partie de la relève. Ce sont maintenant des visages connus dans l’Ontario français avec plusieurs années d’expérience de la scène. Le public était conquis d’avance. 

Mélissa Ouimet a agit comme animatrice de la soirée et elle a fait un bon travail. Elle venait et partait pour nous présenter les divers artistes de la soirée. On a eu le bonheur de l’entendre chanter sa chanson Personne ne pourra m’arrêter, probablement une des chansons les plus connues du répertoire franco-ontarien. Sa version rock a été adoucie pour cette soirée country. Même chose pour sa chanson Amours jetables. Mélissa est capable de s’adapter à n’importe quel style musicaux.

Nous avons vu Mélissa Ouimet une dizaine de fois en spectacle, incluant au ciné-parc cet été. Elle a une énergie contagieuse et on a pas le choix d’embarquer dans ce qu’elle nous a préparé. Se promenant autant physiquement sur scène que vocalement, elle peut nous faire frissonner.

Céleste Lévis est venue faire un tour avec son complice Marc-Antoine Joly. Elle nous a interprété ses chansons Donne-moi le temps et sa chanson thème, Destin. Elles ont été adaptées dans des versions country pour la soirée. Comme pour Mélissa Ouimet, on pouvait sentir que le public était très content de la voir. Sa chanson Destin est aussi maintenant une des chansons les plus connues du répertoire franco-ontarien aux côtés de celles de Garolou, CANO et Paul Demers.

Marc-Antoine Joly est venu nous présenter une chanson de son projet JOLY. Il y a quelques années, il était venu nous chanter quelques chansons au festival mais c’était sur une petite scène. Cette fois-ci sur la grande scène, il nous a interprété la pièce Cercle vicieux. Le côté « punk » de la chanson a été transformée en version country. Il a reçu beaucoup d’applaudissements.

Isabelle Boulay, Paul Daraîche et Mountain Daisies

Le festival invite souvent des gens des autres provinces. Hier soir, trois noms de la chanson québécoise sont venus faire un tour. On a eu la chance de voir Isabelle Boulay qui a interprété plusieurs chansons dont sa superbe Je t’oublierai. Paul Daraîche a interprété plusieurs de ses succès. C’est d’ailleurs lui qui a fait le plus de chansons durant la soirée. À 73 ans, il est capable de nous émouvoir autant aujourd’hui qu’à l’époque.

Isabelle Boulay et Paul Daraîche ont rendu hommage à Lucille Starr en chantant The French Song (Quand le soleil dit bonjour aux montagnes). La célèbre franco-manitobaine est décédée au début du mois. Le spectacle s’est terminé avec l’ensemble des artistes qui ont chanté Mille après mille. Cette chanson, il faut le rappeler, a été écrite par Gerry Joly, originaire de Hawkesbury. Plusieurs artistes l’ont reprise depuis dont Willie Lamothe.

La direction musicale de la soirée a été assumée par Ariane Ouellet et Carl Prévost de Mountain Daisies. En plus de jouer sur toutes les chansons, le duo nous a interprété deux de ses pièces dont la superbe Ces mots-là, un texte qui m’a vraiment ému.

Merci au festival de nous avoir donné l’opportunité de voir ce spectacle cette année. Voir un spectacle en personne n’est vraiment pas la même chose qu’en ligne. On a hâte à l’année prochaine!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s