Meilleurs albums de 2020

2020 a été une année où la musique a vécu d’elle-même. Pas de spectacles devant un public, les gens ont découvert les nouvelles œuvres à partir des réseaux sociaux et à l’occasion, par la télévision. D’un point de vue de la qualité, je crois que c’est une des meilleures années depuis très longtemps. Il y a de moins en moins d’albums, alors que plusieurs artistes préfèrent lancer des chansons à l’unité. Faire un album, c’est encore dispendieux et demande beaucoup d’un artiste. Mais dans certains cas, le résultat amène celui-ci ou celle-ci à se surpasser, à aller plus loin et à passer à l’histoire. La liste qu’on vous dresse aujourd’hui vous présente des albums qui justement seront marquants dans la vie de ces artistes mais aussi dans l’histoire de la musique canadienne.

SOMM – SOMM

Au mois d’avril, Ariane Moffatt et Étienne Dupuis-Cloutier (D R M S) sont arrivés avec une belle surprise. Sous le nom de SOMM, le duo est allé chercher la collaboration de plusieurs artistes québécois. Le résultat est enivrant. Une musique planante qui fera aimer le hip hop à des gens qui ne s’intéressent pas au genre. On peut entendre Clay and Friends, Fouki, LaF, Rosie Valland, Maky Lavender, Ruffsound et Marie-Pierre Arthur sur une musique qui nous fait danser, qui fait du grand bien dans une année difficile. La production est géniale, à écouter avec de bons écouteurs!

Viviane Audet – Les filles montagnes

Le mois dernier, Viviane Audet nous a présenté un disque hommage aux 14 victimes de la tragédie de Polytechnique. Un album où on peut l’entendre jouer du piano. Chacune des notes est pesée avec une certaine tristesse. Malgré la mélancolie, ses mélodies font du bien. Certains titres ont été composés spécialement pour le documentaire Polytechnique : ce qu’il reste du 6 décembre. Personnellement, je crois que ce disque figure parmi les grands disques de piano tel Inscape d’Alexandra Stréliski et Le Saint-Laurent d’André Gagnon. Si vous aimez The Köln Concert de Keith Jarrett, écoutez celui-ci! La première fois que j’ai vu Viviane Audet, c’était lorsqu’elle jouait un rôle dans la série télévisée L’Héritière de Grande Ourse en 2005. Elle était tout à fait impressionnante. Aujourd’hui, elle nous impressionne autant dans son jeu de piano. Elle est une artiste qui atteint l’excellence dans tout ce qu’elle touche.

Maude Audet – Tu ne mourras pas

Lancé en février, Tu ne mourras pas, troisième album de Maude Audet, a grandi dans notre écoute durant l’année. À mesure qu’on l’entend, on veut l’approfondir. Maude Audet a fait de bons albums par le passé, mais celui-ci est son meilleur autant du côté des mélodies, des textes que de la production. Il y a une certaine nostalgie, une mélancolie qui se sent. On peut sentir un petit côté « chansons françaises » des années 60. Elle nous atteint tout droit dans l’âme.

Klô Pelgag – Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

En juin dernier, Klô Pelgag nous a offert l’excellent Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Il y a une certaine sonorité qui ressemble à son précédent L’étoile thoracique tout en étant différent. Elle a une façon de nous offrir certaines mélodies comme si elles étaient des comptines tout en étant imprégnées de paroles profondes. J’ai eu la chance de voir Klô Pelgag en spectacle alors qu’elle était entourée de sa troupe, une bande de musiciens qui se promenaient sur scène. J’ai hâte de voir la mise en scène pour ces nouvelles pièces.

Louis-Jean Cormier – Quand la nuit tombe

Quand la nuit tombe de Jean-Louis Cormier est un album dense. Une excellente production où on retrouve plusieurs couches. L’album s’ouvre avec la pièce 100 mètres haies qui rappelle la complexité de Us de Peter Gabriel avec la basse de Tony Levin. Un album à écouter seul avec deux bons haut-parleurs. Montez le volume!

The Great Diversion – This Is It… This Is the End.

Les trois membres du groupe The Great Diversion sont bien connus en Ontario. Marc-Antoine Joly, chanteur et guitariste, accompagne Céleste Lévis depuis plusieurs années en plus d’avoir son projet JOLY. Son frère Simon est batteur pour plusieurs artistes dont le groupe Les Rats d’Swompe. Le bassiste Patrick Harrison ne laisse personne indifférent quand il apparaît sur scène, un musicien accompli qui se déchaîne devant nous. Le groupe nous a offert un album en anglais au mois d’octobre, This Is It… This Is the End. Un mélange de pur rock, avec des couches de punk. À l’occasion, je croyais entendre le style emo de Paramore. C’est notre album rock de l’année!

Matt Holubowski – Weird Ones

Nous sommes allés voir le dernier spectacle de Matt Holubowski. Un pur délice. Son plus récent album est comme le spectacle, une atmosphère, un espace dans le temps. Dans la musique québécoise, il serait difficile de le classer dans une catégorie précise où rock, folk, pop, rock progressif, tout y passe. On recommande de l’écouter d’un bout à l’autre sans arrêt. On l’écoute comme une trame sonore d’un film nous présentant un road trip.

Grand Corps Malade – Mesdames

On couvre toujours la musique francophone du pays mais à l’occasion on aime bien parler de ce qui se fait ailleurs. On ne pouvait pas passer à côté du nouvel album de Grand Corps Malade sorti en France au mois de septembre. C’est un album où il parle des femmes, un album hommage où il est entouré d’Alicia, Julie Berthollet, Camille Lellouche, Louane, Manon, Véronique Sanson, Laura Smet et Suzane. J’ai tout simplement craqué pour la pièce Derrière le brouillard où il est accompagné par Louane. Il y a aussi cette pièce avec Camille Lellouche qui me fait frissonner.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s