Sophie Pelletier, un nouveau label et une nouvelle chanson

Sophie Pelletier vient de lancer un nouveau label et un nouveau single. On a décidé de la rencontrer pour lui parler de ses projets.

 

Tu viens de lancer un nouveau label?

J’ai lancé Joseph Musique en janvier dernier suite à mon départ de UniForce Pro. Je désire continuer à produire mon matériel de façon indépendante et je suis maintenant toute seule au volant de mon projet artistique. J’ai nommé mon label Joseph en l’honneur de mon grand-père qui a appris à tous ses enfants à jouer de la musique. C’est son héritage que je porte fièrement et je lui rends honneur de cette façon.

 

As-tu toujours eu le goût de te lancer en affaires ? 

Pas vraiment, c’est venu sur la tard. Sauf que je me rends compte que j’ai une personnalité qui se prête bien à ça. J’aime être en contrôle de la situation, j’ai beaucoup d’idées de projets et je n’aime pas vraiment me faire dire quoi faire. Je trouve aussi qu’on est souvent mieux servi par soi-même. Voilà ce qui m’a poussé à démarrer deux compagnies jusqu’à présent.

 

Comment trouves-tu la place de la femme dans l’industrie musicale ?

Je me considère chanceuse de pouvoir vivre de ce métier. Je remercie les femmes qui ont tracé le chemin avant moi et je considère qu’il reste du travail à faire dans l’équité entre homme et femme et pas seulement en musique.

 

Avec les plateformes numériques aujourd’hui, comment un artiste peut vivre de sa musique ?

Personnellement, j’arrive à vivre de ma musique grâce aux plateformes satellites et d’autres projets connexes. Les choses sont en train de bouger concernant la rémunération des artistes en lien avec les nouveaux modes de consommation de la musique et j’espère que ça se fera dans un avenir proche.

 

Tu as lancé aussi un nouvel extrait le mois dernier, Pas comme ça qu’on s’aime. Parle-moi un peu de cette chanson.

C’est un titre que j’ai composé en novembre dernier. La chanson est née à partir du riff de basse qui me trottait dans la tête. Ça parle des relations conflictuelles et malsaines qui peuvent exister et persister entre deux personnes et du pouvoir et de l’importance de s’en libérer pour vivre en paix et heureux. J’avais une idée très précise des arrangements et de la tournure funk de cette chanson qui est l’introduction du projet de EP que je sortirai au printemps.

 

 

Autour de cette chanson, il y a des illustrations qui ont été créées pour sa promotion. Est-ce que ce sont tes idées ?

Le but était de trouver premièrement l’image de mon extrait. Je voulais faire différent, alors en discutant avec un ami, il m’a suggéré de demander à Sarah Bean de me dessiner. Dans son illustration, il y a des items que j’ai cru bon isoler pour avoir une gamme d’images intéressantes à exploiter en lien avec cette chanson. J’ai donc demandé à Sarah de me fournir l’œil, la bouche et la boule disco en plus du portrait. Ensuite mon ami Pierre-Luc a fait un super beau travail de graphisme en jouant avec des couleurs très flashs et attrayantes.

 

Le 26 octobre, il y aura un gros spectacle pour le café culturel de la Chasse-Galerie. Est-ce que tu peux me parler de la tragédie qui a amené à ce spectacle de solidarité et pourquoi tu as décidé d’y participer?

Ce théâtre a été victime d’un incendie et j’ai trouvé ça super triste. C’était une belle salle chaleureuse dans laquelle j’ai eu la chance de produire pour les Jeudi Taxi. J’ai voulu apporté mon support dans ce projet de concert.

 

Quels sont tes projets dans les prochains mois ?

Je termine la production de mon EP. Il nous reste 3 chansons à enregistrer ainsi que le shooting photo à faire. En plus de cela je visite des écoles avec mon Projet Victoire Musique pour animer des ateliers d’écriture de chansons. Je continue à écrire pour moi et pour d’autres artistes. J’ai quelques projets en tête que je développe, à suivre. Bref, je me tiens bien occupée.

 

Il y a l’Halloween dans les prochaines semaines. Est-ce que tu passes l’Halloween ou sinon te déguises-tu?

Non, je n’ai jamais été une grande fan de déguisements et de l’Halloween.  🙂

 

Il y a un an, on rencontrait Sophie Pelletier à Ottawa. Voici l’entrevue…

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s