Sylvain Lafontaine : le bassiste et le compositeur

On me demande souvent quel est mon meilleur bassiste. Je réponds toujours : Sylvain Lafontaine. Quand j’étais plus jeune, j’admirais plusieurs bassistes tels que Geddy Lee de Rush, Mark King de Level 42, Chris Squire de Yes, mais Sylvain Lafontaine était de loin mon meilleur. Il comprenait les diverses techniques de la basse, faisant un seul être avec l’instrument. Je l’ai suivi dans la formation Possession Simple et dans les premiers albums de Dan Brigras. À mesure que les années ont avancé, de plus en plus Sylvain a continué à jouer de la basse et surtout, à développer son talent pour la composition. Son amour pour la musique classique l’a même amené à se promener en Allemagne-Autriche et à composer pour divers projets. Je tenais à en savoir plus sur sa carrière.

Quand as-tu débuté ta carrière dans le domaine de la chanson?
Ma carrière professionnelle a débuté en 1986.

De quels instruments joues-tu?

Je joue de la basse électrique, de la contrebasse acoustique et électrique, de la basse Fretless, du piano ainsi que de la caisse claire (snare drum). Je peux composer de la musique pour tous les instruments électriques et classiques pour divers styles.

Comment décris-tu ta musique?
C’est une musique instrumentale et orchestrale pour les arts de la scène avec des influences de classique, de jazz, de funk et de rock. On retrouve une atmosphère cinématographique et théâtrale, avec de l’improvisation, une musique métissée qui fait voyager. On peut dire que c’est une expérience unique, inspirée et inspirante où se conjuguent virtuosité et sensibilité.

Tu as joué avec plusieurs musiciens et groupes dans ta carrière.
Oui, plusieurs comme Dan Bigras, Luce Dufault, Nanette Workman, Jean-François Fabiano, Robin Aubert acteur- réalisateur et scénariste, Possession Simple, entre autres.

À l’époque, tu te concentrais sur la basse. Où est venu ton désir de la composition?
Bien sûr lors de sessions d’enregistrement de tes compositions Roch, cela m’a inspiré. Quand j’ai compris la superposition des instruments rythmique-d’accompagnement et mélodique. J’ai une facilité à associer la musique à un sentiment ressenti par le mouvement (danse-théâtre) et par l’image (court métrage).

Pour un ou une bassiste qui débute, que lui conseillerais-tu?
Au début, une pratique quotidienne de seulement quinze minutes et, par la suite, améliorer et aller plus loin dans l’apprentissage des notions et techniques apprises. Avoir un bon son de l’instrument, représentatif de soi. Et avoir une bonne philosophie de l’instrument joué, c’est-à-dire tu joues de la basse électrique, inspires-toi des bassistes, de leur philosophie et de leurs approches de la basse électrique, de ce qu’ils-qu’elles perçoivent de la basse électrique; comment voient-ils-elles l’instrument des bassistes qui est différent de l’approche de guitariste-pianiste ou chanteur-se.

Tu as lancé deux albums par le passé. Prévois-tu en lancer un autre?
Oui, un album sous le nom du Sylvain Lafontaine Quartet où on pourra entendre mes pièces musicales en formule jazz, telles qu’elles sont entendues à mes concerts. Aussi, un album « piano et voix » avec mes pièces musicales qui sont liées à un projet de musique-voix-danse théâtrale.


Est-ce qu’on peut te voir en spectacle bientôt?

On pourra me voir à l’événement On JAZZ sous la lune le 30 juin prochain au Centre de découverte du milieu marin aux Escoumins. D’autres dates s’ajouteront et elles seront affichées sur mon site web : www.sylvainlafontaine.ca

Qui t’accompagne en spectacle?
Le guitariste Yves Nadeau, le violoniste Jean-Christophe Germain et Yvon Plouffe ou Bertil Schulrabe à la batterie et aux percussions.

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique en ce moment?
J’écoute Normand Guilbault, un contrebassiste québécois, Avishaï Cohen, contrebassiste israélien, et puis Mark Isham, un trompettiste new-yorkais. De plus, j’écoute plusieurs compositeurs et compositrices de musique classique, de musique progressive-rock-funk et de musique québécoise.

Quels sont tes projets dans les prochains mois?
Il y a plusieurs projets en développement. La réalisation et l’enregistrement de l’album Sylvain Lafontaine Quartet me tient à cœur. Il y a aussi l’enregistrement de l’album «piano et voix» et de la production d’un court métrage promotionnel lié à cet album. Je suis présentement en recherche de financement pour ces projets. Enfin, quotidiennement, je continue à faire de la composition de nouvelles pièces musicales, à faire le booking de concerts et d’ateliers musicaux adaptés pour différentes clientèles.

DISCOGRAPHIE
2017 « Transit », bassiste (Fretless) pour l’album de Jean-François Fabiano
2003 «Onze musiciens dans la fosse», compositeur Sylvain Lafontaine
1995 «Une poignée de temps», compositeur Sylvain Lafontaine
1992 «Tue moi», musicien bassiste pour l’album de Dan Bigras
1990 «Ange animal», musicien bassiste pour l’album de Dan Bigras
1988 «Il sait», musicien bassiste pour un 45 tours du groupe Possession Simple

2 réflexions sur “Sylvain Lafontaine : le bassiste et le compositeur

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s