Entrevue avec Matt Lang : la passion du country

Celui qu’on a connu à La Voix en 2015 connaît un succès fou au Québec. On a décidé de le rencontrer pour lui parler de sa carrière alors qu’il vient de sortir un nouveau single.

 

Tu viens de Maniwaki. Qu’est-ce qui démarque cette région des autres au Québec?

C’est vraiment une petite communauté, tout le monde se connaît. Mes parents y habitent toujours, et ils ont même un commerce là-bas. J’y retourne donc chaque fois que je peux. C’est là que je me sens vraiment chez nous, et les gens là-bas me supportent depuis le tout début. Je me sens vraiment chanceux de venir de là-bas et d’être entouré d’aussi bon monde!

 

 Tu joues de la musique depuis longtemps?

J’ai commencé à jouer de la batterie vers 14 ans. J’ai reçu un drum en cadeau de mon oncle, et mes parents se sont vite tannés (rires), donc j’ai commencé à jouer de la guitare pas très longtemps après.

 

Quel type de guitare joues-tu? Tu en as plusieurs?

Je joue surtout de la guitare acoustique. Je dois en avoir une dizaine au moins!

 

Tu as enregistré ton premier album à Nashville. C’était ta première fois là-bas?

Je suis allée à Nashville pour la première fois en novembre 2017. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, je ne connaissais personne là-bas. J’ai rapidement rencontré Danick Dupelle, un réalisateur québécois mais basé à Nashville depuis plusieurs années. Il est aussi membre du groupe Emerson Drive. Ça a vraiment cliqué et il a voulu qu’on travaille ensemble. Il a réalisé mon premier EP qui est paru moins d’un an après. Je suis donc retourné plusieurs fois à Nashville pour enregistrer l’album, et comme mon prochain EP est encore réalisé par Danick et que je travaille maintenant avec Tebey qui est aussi basé à Nashville, j’ai la chance d’y aller souvent! J’adore cette ville!

 

Est-ce qu’on peut dire que Nashville est un peu la racine du country?

C’est certain que tout a vraiment commencé là-bas et c’est une ville qui vit encore beaucoup au rythme du country, mais contrairement à ce qu’on pense, Nashville est aussi très rock. On peut y aller et entendre différents styles de musique. Ce qui est le fun là-bas, c’est qu’il y a de la musique partout, on rencontre plein de monde avec des intérêts similaires. Je me sens à ma place quand je suis là-bas.

 

 

On peut lire que tu fais du « New Country ». C’est quoi ta définition de ce terme par rapport au « country » ? 

Le new country c’est beaucoup plus pop et rock que le country traditionnel. Si vous venez me voir en spectacle, vous allez comprendre. C’est tout un party!

 

C’est quoi la différence entre écouter des chansons de Matt Lang sur Spotify et le voir en spectacle?

Un peu pour la même raison. Sur scène, ces chansons-là prennent tout leur sens, elles deviennent vivantes. On a vraiment du fun en spectacle et comme mon premier EP n’avait que 7 chansons, sur scène on peut se permettre de jouer des nouvelles chansons, des covers, etc. Comme je disais, c’est vraiment un party, faut être là et le vivre!

 

Tu as un nouvel extrait radio qui sort bientôt?

Oui on vient de lancer le premier extrait de mon prochain album! La chanson s’appelle Water Down the Whiskey! C’est la première chanson qui sort sous Jayward Artist Group à Toronto avec qui j’ai signé un contrat de disque. La chanson est écrite par Tebey, Tommy Cecil (Luke Bryan) et Jay Brunswick. J’espère que vous allez l’aimer! Vous pouvez l’écouter ici.

 

Penses-tu faire des chansons en français?

Pour l’instant je me concentre vraiment sur le country américain qui est ce qui me fait tripper. Mais je ne ferme pas la porte au français, ça c’est certain. Je collabore d’ailleurs à l’album anniversaire de Kaïn cet automne où j’interprèterai un de leurs grands classiques, en français!

 

Du côté personnel, quelles sont les personnes qui t’ont influencé le plus positivement?

Je dirais mon grand-père. C’est lui qui m’a appris à jouer de la guitare et qui m’a introduit à la musique country.

 

 

Est-ce que tu lis?

Je ne lis pas vraiment de romans, mais j’aime me tenir au courant de ce qu’il se passe alors je lis les journaux, les magazines, les blogues…

 

Quels types de musique préfères-tu? 

Le country américain. Je suis très influencé par le gold school comme Johnny Cash, Merle Haggard et Dwight Yoakam mais de plus actuel, j’écoute beaucoup de Luke Combs, Cody Johnson et Christ Stapleton.

 

Quels sont les artistes francophones du Canada que tu préfères?

2Frères, David Jalbert, Kaïn, Jonathan Painchaud, Okoumé, Gerry Boulet, La Chicane, Les Colocs.

 

 Quel artiste francophone aimerais-tu voir en spectacle?

Je n’ai jamais vu Zachary Richard et c’est quelqu’un que j’aimerais vraiment voir live. Si on pouvait remonter dans le temps, j’aurais adoré voir Dédé Fortin avec les Colocs.

 

Personnellement, est-ce que tu aimes aller dans les festivals de musique? Ton préféré?

C’est rare que j’ai la chance d’aller voir des spectacles comme je suis toujours parti, mais je vais toujours me rappeler du spectacle de Zach Brown Band que j’ai vu au Bluesfest il y a quelques années!

 

La chanson de l’été selon toi?

Je pourrais dire que la chanson de mon été est Beer never broke my heart de Luke Combs. J’adore cette chanson et je l’écoute beaucoup!

 


Suivez FrancoMusique sur : InstagramFacebook et YouTube!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s