Émilie Landry chante Ginette Reno

Émilie Landry se prépare à monter sur scène pour chanter des chansons de Ginette Reno dans la pièce Flammes le 20 décembre au Théâtre Jean-Duceppe à Montréal. On a décidé de lui poser quelques questions sur cette expérience, et de nous parler de ses projets et de son coin au Nouveau-Brunswick.

 

Depuis une décennie, tu fais découvrir ton talent aux spectateurs. Es-tu fière de ton travail?

Wow dit comme ça c’est vrai que ça fait un bout de temps que je fais ça! Oui absolument, 10 ans passés j’avais 14 ans, je commençais à peine à jouer de la guitare et à écrire des chansons. Aujourd’hui j’ai terminé mes études en musique, j’ai lancé un disque totalement indépendant avec mon ancien groupe, j’ai sorti un EP solo avec le Grenier musique comme label et je me prépare pour en offrir un troisième avec la même équipe qui me supporte depuis maintenant 3 ans. Je suis fière de l’évolution de ma plume, de ma voix et de mon style musical. Plus ça avance plus je découvre quel genre d’artiste j’ai envie d’être.

 

En 2017, tu as lancé ton EP Être social. Comment as-tu trouvé l’expérience de travailler avec Daran comme producteur?

Daran était exactement ce que j’avais de besoin à ce moment-là dans ma vie, un petit coup de pied dans le derrière. C’est un réalisateur qui a du goût, il est minutieux et perfectionniste dans son travail. Ça m’a poussé à vraiment donner le meilleur de moi-même en studio.

 

Prépares-tu quelque chose de nouveau?

Oui! Je suis dans mes derniers élans d’écriture pour mon prochain album qui sortira printemps 2020. Cette fois c’est Éric Dion qui assurera la réalisation et on enregistre dans le studio Tracadièche en Gaspésie. C’est un excellent auteur-compositeur et il s’est prêté comme mentor tout au long de la création. J’ai décidé de travailler avec lui car le nouvel album penchera plus vers le country et Éric était vraiment la personne idéale pour explorer un son plus naturel et folk.

 

 

Est-ce que tu peux me parler de la comédie musicale Flammes qui sera présentée à Montréal?

C’est l’histoire de Janette, une jeune femme de la haute société qui tombe en amour avec Rodéo, un jeune homme qui n’est qu’un pauvre peintre. Cette relation est plutôt mal vue de la part de la mère de la jeune femme qui préfèrerait qu’elle marie Robert, un homme riche et distingué. C’est une histoire d’amour complexe, mais c’est surtout un prétexte idéal pour redécouvrir les pièces de cette grande chanteuse qu’est Ginette Reno (et qui a fait des chansons d’amour son créneau de prédilection).

 

Est-ce que tu peux me parler de ton rôle? 

Je me retrouve beaucoup dans Janette, c’est une jeune femme qui suit son cœur et qui a envie de voler de ses propres ailes. Elle n’a pas grandi avec le désir de maintenir une classe sociale. Elle ne se soucie pas des apparences ou de sa réputation. Elle aime sa mère, elle veut son approbation, mais c’est une relation compliquée.

 

La trame sonore est parsemée de chansons de Ginette Reno. Comment trouves-tu l’expérience de chanter du Ginette Reno?

C’est tellement plaisant! J’ai la chance d’explorer ma voix d’une façon totalement différente. C’est un défi au niveau de l’interprétation parce que tu ne peux pas faire semblant, tu dois vraiment creuser dans tes tripes. Sinon, ce n’est pas au même niveau que la musique et y’a comme un décalage.

 

 

Penses-tu que la comédie musicale sera présentée ailleurs?

On espère que oui! Possiblement à Québec et dans le coin de Ottawa/Gatineau… à suivre. 

 

Est-ce que ce rôle te donne le goût de faire d’autres comédies musicales?

Oui absolument! J’ai fait beaucoup de comédie musicale en grandissant et ça faisait vraiment longtemps que j’avais le goût de faire ça dans une sphère plus professionnelle. En espérant que ce ne soit pas la dernière!

 

Quels sont tes projets après ce spectacle?

Après ce spectacle je vais être en studio au mois de janvier pour enregistrer mon album, ensuite on se prépare pour la sortie de tout ça au travers de quelques performances à gauche et à droite.

 

Tu viens de Campbellton au Nouveau-Brunswick. Est-ce que tu peux me parler de cette région? Je n’y suis jamais allé!

C’est une petite ville un peu mal comprise selon moi. C’est tellement une belle place, beaucoup de gens passent à côté. Quand je manque d’inspiration ou d’enthousiasme, il me suffit de prendre une marche dans les petites rues pour en retrouver. J’adore visiter des plus grandes villes mais ici j’ai l’impression que j’suis vraiment capable de me déposer. Y’a quelque chose de réconfortant quand j’arrive d’un long voyage en auto et que je vois approcher les montagnes, c’est comme une grosse doudou qui me dit que j’suis quasiment rendu à la maison.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s