Les rêves à colorier d’Ariane DesLions

Ariane DesLions

Ariane DesLions est présentement en tournée et se prépare pour un nouvel album. On a décidé de lui demander quelques question.

 

Tu viens de quelle région?

Je suis une vraie Sherbroolkyn! Originaire de Sherbrooke dans les Cantons de l’Est du Québec.

Fais-tu de la musique depuis longtemps?

J’écrivais mes premiers poèmes (que ma mère retranscrivait) à trois ans, mais j’ai commencé officiellement à jouer du violoncelle et du piano à l’âge de 5 ans.

Les jeunes sont ton public. Tu es travailleuse sociale de formation. Que penses-tu de la réalité des jeunes d’aujourd’hui dans les écoles?

Je constate qu’avec l’ère du numérique et l’omniprésence des écrans, les jeunes ont encore plus besoin de se reconnecter à la matière, de bricoler avec leurs mains, pour apprendre à développer leur propre créativité, à l’extérieur des applications et des modèles numériques qu’ils ont déjà à portée de main.

Tu parles beaucoup d’intimiditation. Est-ce que l’intimiditation a augmenté avec l’arrivée des médias sociaux?

Comme l’intimidation est directement liée au besoin d’exprimer son influence et de se valoriser auprès des autres, pour combler très souvent un manque d’estime de soi, je crois que l’arrivée des médias sociaux a offert oui, un terreau idéal pour quantifier et comparer son pouvoir d’influence, et ce, dans le confort de son salon, ce qui facilite parfois l’expression de certains propos empreints de violence verbale ou psychologique.

Tu es en tournée en ce moment. Tu peux m’en parler?

Depuis déjà plus de trois semaines, nous trimbalons notre spectacle Ma Quincaillerie Musicale dans les écoles francophones de l’Ontario, à raison d’un à deux spectacles par jour. Nous sommes présentement en Saskatchewan pour poursuivre notre tournée au sein des communautés francophones jusqu’à Noël.

Tu as lancé un EP en 2017. Tu peux m’en parler?

Je me suis d’abord fait connaître par mes chansons engagées et festives avec mon premier EP Ma Quincaillerie Musicale, où je choisissais de parler d’enjeux sociaux aux enfants. Dans mon prochain extrait, je révèle pour la première fois l’identité même de mon nom d’artiste DesLions et du fabricolage identitaire et familial que j’ai choisi de faire.

Tu travailles sur un autre album?

Mon prochain album Rêves à colorier qui sortira en mars 2020, ouvrira cette fois une nouvelle fenêtre sur l’intimité de la fabricoleuse et son environnement familial. Je veux offrir un album orchestral – tout en confidences – pour donner des mots, des mélodies aux enfants pour les aider à se tricoter de la résilience autour des tempêtes du quotidien : conflits familiaux, pauvreté, séparation, maladie, etc.

Fais-tu des collaborations ?

Grâce au support de Musicaction et du Conseil des arts du Canada, j’ai pu m’entourer d’artistes de renoms pour colorer l’univers sonore de mon prochain album. Chacune des collaborations musicales m’amènent à intégrer de nouvelles sonorités à mes chansons, telles que l’harmonica de Per Veillette, la trompette de Jean Gervais, le violon de Félix Michaud, la contre-basse de Jonathan Boudreau…

Est-ce que tu es seule sur scène?

Je suis accompagnée sur scène par le directeur musical, multi-instrumentiste et comédien, Simon Bergeron, qui a notamment travaillé auprès de plusieurs artistes (Cirque du soleil, Richard Séguin, Nicola Ciccone). Il incarne le personnage de « Tiyou », une fabuleuse machine à son qui ne communique que par la musique.

Comment trouves-tu la réaction des jeunes face à tes spectacles?

Comme mon spectacle laisse place à beaucoup d’interactions avec le jeune public, je suis étonnée chaque fois par : leur sensibilité, leur intelligence émotionnelle et leur authenticité face aux enjeux que je présente à travers mes chansons. Les enfants m’offrent leurs étoiles dans leurs yeux et me rappellent l’importance et la pertinence de mon projet, chaque fois qu’ils me confient leur réalité en garde partagée ou m’offrent leurs conseils pour apprendre à traverser ma colère par exemple.

Que fais-tu dans la période des Fêtes? Du temps en famille ?

Au retour de notre longue tournée pan-canadienne, je retournerai dans ma petite maisonnette dans le bois, sans électricité, pour me ressourcer et passer du temps en famille… mais aussi pour travailler sur la mise en scène de mon prochain spectacle Rêves à colorier!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s