Un star système franco-canadien, possible ou non?

Il y a deux ans, je tentais de trouver des nouvelles sur plusieurs artistes d’un peu partout au Canada. Après maintes recherches, je n’ai rien trouvé sauf des publications sur les médias sociaux provenant de divers comptes de chacun des artistes et sur ceux d’une multitude d’organisations. Quand j’étais plus jeune, je lisais des publications québécoises telles qu’Échos Vedettes et le magazine Le Lundi. Aujourd’hui, les gens vont voir sur Hollywood PQ et autres sites web à potins. Du côté de la francophonie canadienne, en dehors du Québec, il n’y avait rien. J’ai donc décidé de créer FrancoMusique dans le but d’informer les gens sur ce qui se passe dans l’univers musical franco-canadien. L’idée était de créer un star-système ou d’autres partenaires pourraient se joindre. Un star-système peut être créé avec un réseau, ça ne peut se faire seul.

En deux ans, nous avons écrit beaucoup sur le blog (277 publications). Nous avons fait énormément d’entrevues avec des artistes autant écrites qu’en format vidéo; une centaine d’entrevues vidéos avec des artistes comme Jacobus, Marie-Clo, Shawn Jobin, Caroline Savoie, Céleste Lévis, Rayannah et aussi des artistes québécois et français, Claude Dubois, Marie-Mai, Yves Duteil, Bruno Pelletier. En septembre et octobre, nous avons publié une entrevue presque quotidienne. Pour tenter d’attirer un public plus jeune, nous avons ajouté une section d’entrevues avec des créateurs de contenu (influenceurs).

Après deux ans, on peut dire que nous sommes presque les seuls qui se spécialisent essentiellement sur la couverture médiatique de la musique francophone partout au Canada. De plus en plus de sites web tel qu’Ici Musique vont parler de plus en plus de cette scène mais n’en font pas une spécialité pour autant.

Aujourd’hui, je me pose la question : est-ce possible d’avoir un star système franco-canadien? Pour l’instant, je dirais que non. Il faudrait avoir des partenaires, que ce soit au niveau de la télé ou de la radio et de la presse traditionnelle. Il nous faudrait un financement pour finalement créer du contenu qui va vers les potins artistiques pour alimenter le tout.

Dans la dernière année, nous avons approché beaucoup d’entreprises et d’organisations telle que Desjardins, et tous nous ont refusé un appui. Alors que certaines d’entre-elles vont financer des initiatives tels des festivals qui ont peu d’achalandage.

Du côté attraction du public, nous avons décidé d’opter pour YouTube cette année, délaissant la plateforme Facebook pour publier nos vidéos. Il y a deux raisons derrière ceci. D’un, on aimerait bien un jour tirer un certain revenu de notre travail et de deux, les vues sur Facebook semblent souvent exagérées. Un visionnement sur YouTube est réel, alors que sur Facebook c’est souvent quelqu’un qui a regardé quelques secondes avec le lecteur automatique pour finalement aller voir autre chose. En contenu sur YouTube, nous avons fait le test avec plusieurs entrevues. Une entrevue avec un artiste franco-ontarien pouvait nous rapporter une vingtaine de vues. En retour, notre entrevue avec Natalie Simard est allée chercher 4 500 vues. Pourquoi une entrevue avec un artiste franco-ontarien ne peut pas aussi avoir 5 000 vues? Je dois avouer que Nathalie Simard a beaucoup propagé notre entrevue sur les médias sociaux. Mais certains artistes franco-ontariens partagent nos entrevues et souvent elles reçoivent très peu d’engouement.

Côté spectacle, j’ai assisté à plusieurs spectacles dans les deux dernières années à Ottawa. Souvent, la salle n’avait qu’une dizaine de spectateurs. À Gatineau, tout le contraire où la Salle Odyssée affiche toujours complète et que le Festival Outaouais en fête était plein à craquer. Je suis allé à La St-Jean à Ottawa l’année dernière et nous étions trois spectateurs devant la scène pour recevoir quelques artistes francophones du Canada!

Non, il ne peut y avoir un star-système franco-canadien s’il y a peu d’intérêt de la part du public. Certains sont prêts à aller dans la rue contre le gouvernement Ford, mais rien ne pourrait les convaincre d’aller voir un spectacle d’un artiste francophone de sa province.

Non, il ne peut y avoir un star-système franco-canadien s’il y a peu d’intérêt de la part des entreprises et des bailleurs de fonds pour appuyer quelque chose de plus gros qu’une initiative spontanée dans le temps. Il faut apprendre à voir loin.

Non, il ne peut y avoir de star-système franco-canadien s’il y a peu d’intérêt de la part des médias de faire front commun tous ensemble en partageant notre contenu.

Celles et ceux qui écoutent et vont voir des spectacles d’artistes francophones de partout au Canada le font parce que la musique est bonne et non pas uniquement pour « encourager » l’artiste. Il faut que les canadiens français se réveillent et découvrent notre richesse culturelle.


Appuyez-nous en vous abonnant à notre chaîne YouTube ou en participant à notre campagne de financement!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s