8 femmes pour le 8 mars : Gab Godon

Pour souligner la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2020, nous avons décidé de parler avec huit femmes auteures-compositrices-interprètes d’un peu partout au Canada : Céleste Lévis (Ontario), Caroline Savoie (Nouveau-Brunswick), Rayannah (Manitoba), Michelle Campagne (Saskatchewan), Emma Beko (Québec), Gab Godon (Québec), Sophie Pelletier (Québec), Maryze (C.-B.).

Voici notre entrevue avec Gab Godon.

Photo prise par Le Caron – wearing MARKANTOINE

T’es née en quelle année et à quel endroit?

1991, à l’hôpital de St-Jérome (je viens des Laurentides!)

 

Que te souviens-tu de ton enfance? 

Beaucoup de Laurentides et peu d’été à Montréal. Toujours en forêt ou près des lacs 🙂

 

As-tu toujours demeuré dans la même ville?

J’ai grandi majoritairement à Montréal!

 

À l’école secondaire, quel genre de fille étais-tu?

J’aimais chanter et danser et je voulais être amie avec tout le monde.

 

Quand est venu ton désir de faire de la musique?

Très jeune ma passion pour le chant était déjà présente et à l’avant-plan dans ma vie.

 

 

Qui t’a influencé en musique autant autour de toi que de la musique que tu écoutais?

The fugees, mais surtout Lauryn Hill et aussi Mary J Blidge, Alicia Keys, et toutes ces voix feutrées qui charment nos coeurs.

 

Tu fais partie du duo Heartstreets. Quand vous êtes-vous rencontrées?

Nous allions à l’école primaire ensemble.

 

Avez-vous toujours été amie? Peux-tu me définir cette amitié?

Nous sommes devenues sœurs avec le temps!

 

Quand avez-vous créé Heartreets et pourquoi?

Cela fait 10 ans que nous travaillons sur le projet ensemble. Nous avons sauté dans le monde de la musique ensemble et n’avons jamais arrêté depuis!

 

 

Pourquoi avoir choisi de chanter en anglais?

Cela me vient plus naturellement, sûrement à cause de la musique qui m’a toujours influencée.

 

Comment composes-tu de la musique? Est-ce autour d’un ordinateur ou un café?

C’est dans mon cahier, j’aime écrire et faire des brouillons et des barbos! Un papier et un crayon, c’est tout ce qu’il me faut! Mais j’écris parfois dans mon cell, si je ne veux pas oublier mon idée et que je n’ai pas mon cahier 😉

 

En comparant chacun de vos disques, quelles sont les différences entre chaque projet?

Nous avons beaucoup évolué à travers les années. Je ne pourrais pas préciser exactement ce qui est différent. Je pense que notre son continue constamment de changer et c’est bien comme ça. Nous travaillons toujours avec de nombreux producers et musiciens ce qui donne automatiquement des couleurs différentes à nos différents morceaux.

 

Le 8 mars, la Journée internationale des femmes se tient cette année avec le thème de l’égalité. Comment est cette égalité des femmes et des hommes en 2020?

En évolution, florissante, grandissante, sensibilisante, de plus en plus « eye opening »…

 

 

Et dans l’industrie musicale, où en est l’égalité?

Elle fait tranquillement son chemin. J’espère que les toutes les femmes se laissent inspirer par les artistes féminines et que celles interpellées par le milieu ne se sentent pas impuissantes face à leur art. Il y a de la place pour tout le monde dans le milieu, il ne faut pas avoir peur de prendre cette place.

 

Quelles sont les femmes que tu admires, des gens qui t’ont influencé (dans tous les domaines)?

Ma mère et ma belle-mère sont définitivement dans mes top modèles, tout comme ma mamie et ma marraine. Elles représentent des racines importantes pour moi. Je « look up » à Frannie Holder, Fabjustfab, Sarahmée, Emma Beko, toutes les femmes qui ne lâchent pas dans la poursuite de leur art et qui évoluent avec celui-ci continuellement.

 

Quel est l’événement qui t’as le plus marqué dans ta vie, tellement que ceci a influencé une chanson ou un tournant dans ta carrière?

Il n’y a pas un évènement plus marquant qu’un autre, qui aurait influencé la création de chansons ou quoi que ce soit. La vie est remplie d’aventures, de hauts et de bas, et c’est tout ça qui m’inspire à écrire.

 

Que représente pour toi la langue française?

C’est ma langue maternelle, ma langue de tous les jours, malgré que je vis à Montréal et que l’anglais se mélange souvent à mon français, ça n’empêche pas que le français est ma première langue et celle à laquelle je me rattache le plus au quotidien.

 

Tu te lances dans un projet solo, peux-tu m’en parler?

Je me lance dans plusieurs projets en fait 🙂 Je sortirai mon premier single solo au printemps 2020. Du pop pour danser! Et des projets dérivés qui en découleront! Une année qui s’annonce bien chargée de projets créatifs et de nouvelles aventures.

 

Ton plus grand souhait?

Vivre de ma passion, d’amour et d’eau fraiche haha! L’égalité, le respect, l’amour pour tous. Un monde plus vert, plus ouvert, plus connecté aux besoins de tous…

 

7 réflexions sur “8 femmes pour le 8 mars : Gab Godon

  1. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Céleste Lévis – FrancoMusique

  2. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars – FrancoMusique

  3. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Sophie Pelletier – FrancoMusique

  4. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Rayannah – FrancoMusique

  5. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Emma Beko – FrancoMusique

  6. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Caroline Savoie – FrancoMusique

  7. Pingback: 8 femmes pour le 8 mars : Maryze | FrancoMusique

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s